Participatif
ACCÈS PUBLIC
10 / 07 / 2024 | 22 vues
Paul Ribeiro / Membre
Articles : 6
Inscrit(e) le 08 / 02 / 2016

ArcelorMittal Fos-sur-Mer : l’avenir du site est en jeu !

Notre fédération condamne la décision du groupe ArcelorMittal, annoncée ce 8 juillet en CSE central, d’enterrer définitivement la relance du deuxième haut-fourneau du site et d’inscrire dans la durée un fonctionnement avec un seul exemplaire de cet équipement

 

Surcapacités en Europe, distorsions de concurrence avec la Chine et les Etats-Unis, fiscalité européenne et même décarbonation de l’activité : les prétextes invoqués ne manquent pas, avec un seul point commun : ce sont encore les salariés qui vont en faire les frais !

 

La Fédération FO de la métallurgie rappelle que depuis la crise de 2008 et le plan de départs volontaires qui avait suivi, le site a subi une perte de compétences qui le handicape aujourd’hui encore. De plus, la politique constante de restrictions sur les budgets de maintenance et de manque d’investissements sur les outils aggrave encore cette situation, entraînant ainsi des coûts plus élevés pour une moindre performance et, au final, un manque de fiabilité.

 

Le plan de marche à un haut-fourneau pour 2025, censé offrir plusieurs chemins pour assurer la pérennité du site avec, à chaque fois, des « adaptations d’organisation », présente des risques pour l’emploi que notre organisation ne peut accepter.

 

Pour nous , il n’est pas question d’attendre tranquillement que la direction décide seule du devenir de Fos-sur-Mer et de ses salariés. Elle demande dès à présent à entamer des discussions afin de trouver les solutions qui préserveront les emplois et l’avenir du site décarboné.

 

Au-delà de cette annonce pour le site de Fos-sur-Mer, nous sommes en droit de nous demander si le PDG d’ArcelorMittal se pose la question de la souveraineté industrielle de l’Europe et de la France, des emplois, des compétences, des technologies et des savoir-faire, de la décarbonation, de la construction sociale induite pour les salariés et les habitants des territoires et pays où sont localisées ses usines.

Pas encore de commentaires